La face cachée de la Lune


L’ombrage boisé et frémissant de la forêt ancestrale de Seaborgium laissait transparaître de minces filets d’éclats lunaires. Non loin de là se nichait au cœur des feuillages une défraichie, minuscule mais chaleureuse grange. Le feu crépitait timidement en comparaison aux rires stridents des comparses, qui semblaient se retrouver suite à une interminable trêve estivale. Soudain, des injures, des bruits de branches guillotinées et de guet-apens humides – un ruisseau sillonnant la futaie – se distinguèrent dans ce remue-ménage. Surgit de l’épais manteau verdâtre, un pâle et maladroit jeune homme, à la chevelure brune et frisée, tenant fermement dans ses bras un pack de bières Bonnt Amber Pale Ale.

« Ah ! Voici Elliot, celui qu’on n’attendait plus ! Il a dû finir de geeker le C++ pour nous honorer de sa présence ! » s’écria avec enthousiaste Edward, ce bel orateur à l’allure svelte et au regard ensorceleur.

L’assemblée se réjouissait de l’arrivée d’Elliot, tant il se faisait rare aux évènements nocturnes. Lui qui pourtant vivait la nuit, se délectant de développement ! Lui, si lunaire et indépendant, si spontané et nerd. Il restait là, statique, fixant d’une manière étrange les invitées féminines et divines, fascinées par ce singulier personnage. Parfois, d’une façon malhabile, il ne pouvait s’empêcher de rétablir la vérité sur des concepts fourvoyés par ses interlocutrices.

« Ladies, je vous l’emprunte ! » murmura Edward, délivrant Elliot de ce perceptible supplice. « Eh, quelque chose m’échappe ? Dans peu de temps, on va dire Adieu à la vie étudiante, mais aussi aux blondasses écervelées, à l’alcool coulant à flot et aux substances illicites… » se désola Edward.

« Donc faut en profiter l’ami ! Et pour bien commencer l’année, j’ai un petit cadeau de Dimitri, mon pote pharmacien, celui qui passe son temps le nez dans ses bouquins de chimie, qui dans son petit laboratoire confectionne toutes sortes de stup’ et de substances pharmaceutiques. »

Edward tenait entre ses doigts le Californium, invention de Dimitri, fin mélange de Cannabis et de Diéthylamide de l’acide lysergique, autrement appelé LSD. Ce comprimé rose, avec un smiley en son sein – comme un clin d’œil aux pilules magiques des Amphétamines – concevait un bien-être retrouvé, un semblant d’euphorie naturelle, ainsi qu’un intense pouvoir hallucinogène. Le monde psychodysleptique s’ouvrait à eux, sans dépendance physique notable. Dimitri himself l’avait testé et avait découvert, de par cette association, un effet encore plus surprenant : chaque dose était reliée à un rêve particulier et si le comprimé était partagé, le mirage l’était aussi.

Face à l’insistance de son ami qui voulait tant le stimuler et cette fête qui l’ennuyait, Elliot accepta. « Anyway ! Ça ne pourra pas être pire qu’ici. »

Amassés près de la rivière, clapotis et plantes fluviatiles évaporant un souffle de jeunesse, le Californium mêlé à la Bonnt Amber Pale Ale débutait sa folle aventure corporelle et psychique…

***

La lune scintillait à leur briser les prunelles. L’herbe verdâtre et racornie d’antan resplendissait de sa plus belle couleur émeraude. Le cours d’eau était devenu plus consistant et vigoureux, et servait de terrain à un traguetto amarré, élégamment carmin. La barque nous conviait à une extraordinaire traversée… Elle tanguait souvent mais ne déviait jamais de sa destination, les saules pleureurs balayaient l’atmosphère au grès du vent, les cajolant vivement. La nuit était éprise de magie, maquillée d’une teinture bleutée fascinante…

Parvenus à l’orée de la futaie, un remarquable manoir antique s’élevait au-delà des cimes. Façade lapis-lazuli, lucarnes immaculées et ardoises à son sommet. Les deux comparses se laissèrent mener au grès du traguetto, s’enfonçant vers ce mystérieux manoir, au travers duquel le cours d’eau y faisait sa route et en débouchait. Ils dépassèrent le majestueux portail en fer basané, accédèrent à un parc démesurément élancé, dans lequel se trouvait salon de jardin en rotin opalin, parasol céruléen, poufs argentés, barbecue, bacs à fleurs, effigies grecques, cheval en bois, et allée parementé de pavés blancs.

Au-dessus de la porte d’entrée, l’étrange inscription « Alma’s Facebook » les interpelèrent. Le fleuve se faufilait le long du couloir de la demeure, avec deux portes à gauche « Evénements » et « Images gourmandes » et trois à droite « Messages privés », « Doux secrets » et « Ans ».

Ils amarrèrent la barque et parcoururent le couloir, transposé à l’image d’une Actualité virtuelle. Sur le pan du Mur de droite, le cliché d’une jolie brune était affiché.
« Elliot, regarde là, ce n’est pas Alma Rose ? Waouh … »
« Celle qui t’énerve en étant incollable en économie et que le prof ne cesse de lorgner ? Ouais, je crois bien que c’est elle ! », dit-il machinalement.
« M’énerver ? Non ! Cette fille me plaît … hum… Depuis pas mal de temps même ! Mais qu’est-ce- qu’on fout là ? … Tout ceci lui appartient ?? »

Autour de ce minois s’articulait à la manière d’un algorithme de nombreuses données sur la jeune femme : son statut patrimonial – En couple -, sa date de naissance, son lieu de résidence, ses études, ses diplômes, ses petits boulots, quelques Publications sur ses états d’âmes, les Evénements auxquels elle avait récemment participé – Gala Ossmium 2003 – et les prochains à venir. Le Girl before a Mirror de Pablo Picasso couvrait le haut du mur, telle une frise mystique. Le Mur de gauche était partagé en trois. D’un côté se trouvait inscrite la mention J’aime avec son propre algorithme de détaillé : on découvrait ainsi quelles étaient les Vidéos, Photos ou Publications favorites d’Alma. Il en était de même pour la note Commentaires. La troisième colonne listait les Amis d’Alma.

Un peu plus tard, Edward et Elliot découvrirent que la porte « Ans » s’ouvrait sur un escalier qui semblait s’étirer jusqu’à l’infini et donner accès à d’autres niveaux « An 1, 2… », à ce jour inhabité.

La porte des « Evénements » – le Salon – donnait le choix aux visiteurs sur ce qu’il voulait apprendre de la jeune fille, au travers d’un écran tactile. Le Gala Ossmium 2003 en faisait parti. Lorsqu’Elliot appuya sur l’icône, la porte se déverrouilla automatiquement. A l’intérieur d’un salon aux allures modernes – canapé en cuir rouge, fauteuil lounge, tapis zébré, table d’appoint circulaire et home cinéma – se trouvait des cadres photos datés, ainsi que l’heure de la prise.

3 octobre 2003 – 21h02 : Dans ce même salon, Alma et ses amies, cocktails à la main.
23h14 : Gala Ossmium, Tapis rouge, selfie entre filles.
4 octobre 2003 – 0h45 : Alma se trémousse, robe dorée moulante, une tresse sur le côté, Elliot et Edward en arrière-plan qui débattent.
1h38 : Regard échangé entre Alma et Edward, Elliot continuant de converser avec Edward.

L’home cinéma s’anima. 4 octobre 2003 – 2h14 – Vidéo postée par Zelena, Amie d’Alma : Hystérique et tremblante, l’amie filme Alma et Edward en train de danser sur la mythique chanson A time for us. Chute du téléphone, la séquence reprend sur les mains baladeuses d’Edward et … un langoureux baiser !

Commentaires – Album photos – 4 octobre 2003 :
16h02, Alma : « Soirée de Dingue !!! » 5 j’aime
17h50, Zelena : « Inoubliable, n’est-ce-pas Alma ? 😉 » 14 j’aime

Les deux amis s’amusèrent de la situation, Edward étant excité par la plausible réalisation de cette séquence dans un futur proche ! Soudain, seuls les rires d’Elliot raisonnèrent, Edward ayant disparu ! L’origine de cet enlèvement relevait du fonctionnement humain : même substance illicite, même posologie, mais des anatomies différentes, Edward ayant un métabolisme d’élimination de la drogue beaucoup plus rapide qu’Elliot. L’illusion s’était éteinte en même temps que son maître…

Elliot continua sa visite éphémère par les Messages privés – la Chambre – aux teintes automnales, lit en cuir véritable, chevet en métal noir, miroir en manguier massif verni, fauteuil design et rotatif, et commode en acier inoxydable. L’Invitation au mystère était envoyée… Une fois allongé sur les draps de soie beiges, le plafond s’illumina. Par commande vocale, Elliot pouvait choisir quel type de Messages il voulait consulter.

« 4 octobre 2003 – Boîte de réception – Alma / Zelena » exprima-t-il.

19h31 – A : Merci pour ce déballage !!! Pas besoin de rappeler cette ERREUR aux langues de vipères que j’ai dans mes contacts ! 😉
19h32 – Z : Quelle erreur ? Vous vous plaisiez mutuellement hier soir !!
19h33 – A : Oui, il n’est pas mal… J’ai d’ailleurs bien vu vos regards envieux !
19h34 – Z : En effet 🙂 ! J’étais déjà bien étonnée qu’il vienne nous parler avec son pote qui te met mal à l’aise avec son regard inquisiteur. Alors quand il t’a demandé une danse, j’étais v.e.r.t.e !!!
19h34 – A : D’où l’origine de ce film afin de m’afficher publiquement ? Merci ma chère amie !
19h35 – Z : Tu m’as laissé seule avec le muet, fallait bien que je trouve une occupation !! 😉
21h15 – Z : ?
22h45 – Z : ???
23h13 – A : Je dois t’avouer Zelena, toi qui est ma meilleure amie et à qui je ne cache rien, que si Elliot m’avait lui aussi abordé, je l’aurais choisi ! Il me plait bien, mais n’a d’yeux que pour ses langages informatiques ! Espérons que ce rapprochement ne le laissera pas indifférent…

Le plafond se floutait depuis quelques minutes déjà. Elliot sentit son enveloppe charnelle disparaître à petit feu de ce monde virtuel et social…

***

Le réveil indiquait 8h36 lorsqu’Edouardo tambourina à la porte. Mark se ranima brutalement, assoupi à son bureau.
«Je venais vérifier que tu étais bien levé pour notre épreuve commune de Bases de Données !» s’écria Edouardo au travers de l’accès entrebâillé.

Bruits de pas.
« Coucou Darling ! (Baiser) Oh salut Mark, en forme ? (Sourire entiché) »
« Al…ma, salut ! J’arrive dans 10 minutes » et il referma aussitôt la porte.

Il prit un bloc note et y inscrivit les mots les plus importants de sa vie.

The social network : The Facebook.

Et c’est ainsi que Mark imagina Facebook, au lendemain d’une traversée psychédélique…

 

Pseudo-auteur : Théaa

Publicités

2 réflexions sur “La face cachée de la Lune

  1. Excellente nouvelle !
    Un style écriture de qualité , un scénario qui donne envie de connaître la fin ..
    Au top.
    Un très bon travail.
    Je vous souhaite un fort succès..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s