Pourquoi ?


C’est l’histoire d’un banal accident de voiture.
C’est l’histoire d’un corps broyé par une masse métallique lancée à toute allure.
C’est l’histoire de la fragilité ridicule d’un corps humain face à une carcasse faite d’acier et de fer.
Dans cette nouvelle lutte moderne pour la vie, l’inanimé triomphe et le vivant se brise.


J’ai perdu ma femme dans un accident de voiture. Et cette mort ne m’apporte aucun réconfort possible: ma femme n’est pas morte en essayant de sauver quelqu’un, elle n’est pas morte pour construire ni pour défendre quelque chose. Elle est simplement, bêtement morte dans un accident de voiture pour aller acheter du pain. Oui, pour aller acheter du pain. Je n’ai jamais cru en l’existence d’un quelconque Dieu, et pourtant, j’en viens à me demander parfois s’il ne se jouerait pas de moi, s’il ne me ferait pas une farce de mauvais goût. Car si cette ineptie insoutenable n’est pas l’oeuvre d’un esprit tout puissant, à qui est-ce la faute? Comment puis-je accepter sa mort s’il ne s’agit de la faute de personne? Comment puis je supporter que ma femme, mon amour, ma vie, soit morte pour… rien?
Le jour où elle est entrée dans ma vie, enfin celle-ci à trouvée tout son sens. Comme si un bandeau avait été retiré de mes yeux et qu’a présent le monde s’offrait à moi avec lumière et clarté. Pour la première fois dans ma vie, j’étais heureux, épanoui, comblé. Vu de l’extrérieur mes journées étaient les mêmes: j’allais au travail, je sortais avec des amis, je faisais toutes ces petites choses du quotidien qui avant m’irritaient. Mais quelque chose de fondamentale avait changé. J’avais un but, je ne faisais plus rien en vain. Et à peine ai-je eu le temps de goûter à ce bonheur insoupçonné, de jouir d’une existence pleine de sens, qu’on me l’arrache aussitôt pour me rejeter dans un abîme de désespoir cette fois ci bien plus cruel.
Lorsque je me suis rendu sur les lieux de l’accident, j’ai longtemps observé ce tas de ferrailles,
stupidement encastré dans un mur, qui a assisté à la mort de ma femme. Je l’ai interrogé, je lui ai demandé pourquoi, je l’ai supplié de me répondre, je l’ai imploré à genoux. Je crie, je hurle, je murmure, mais seul mon écho ose me répondre. Peut-être que Dieu ne connaît pas non plus la réponse, car en vérité il n’y a pas de réponse…
Ce silence, cette indifférence, cette déraison du monde, je ne peux ni la comprendre ni la combattre.
Je ne peux qu’accuser l’absurdité de ce monde.

 

Pseudo-auteur : Métacarpes

Publicités

Une réflexion sur “Pourquoi ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s