La plus longue année de ma vie


15 Juillet. Je crois que mon père s’est remis à voir d’autres femmes. Je ne le dis pas à Maman. Ça la peinerait trop. L’autre soir je rentrais d’une soirée que j’avais passée avec Jordan, et mon père était dans l’entrée. Quand je lui ai demandé ce qu’il faisait là, il a sursauté avant de cacher dans son dos son portable. Je n’ai rien dit. J’ai monté les escaliers et je suis allé me coucher.

27 Juillet. Aujourd’hui, ma tante Bess s’est suicidée. Je ne sais pas quoi en penser. Je ne la connaissais pas très bien. On m’a dit que ses derniers mots étaient « vous ne comprenez pas ». Moi je la comprends. Je la comprends, parce que les gens ne me comprennent pas non plus.

7 Août. Cette année, on ne part pas en vacances. Maman a dit que nous n’avions pas assez d’argent pour ça. Manon est partie bouder dans sa chambre. Moi je suis censé être le grand frère, l’exemple, alors je suis resté pour faire la vaisselle mais le cœur n’y était pas.
Cette histoire avec ma tante Bess ne cesse de me tourner dans la tête. Plus les jours passent, et plus je me sens proche d’elle. C’est étrange, puisque la dernière fois que je l’avais vue je n’étais qu’un nourrisson. Mais je la comprends, c’est comme ça. J’espère que ça lui est d’un quelconque réconfort.

5 Septembre. Faire ma rentrée en sachant que ça allait être la dernière au lycée a été très étrange. Les élèves de seconde sont minuscules. Je me demande si j’étais aussi petit, moi aussi, à l’époque. Jordan est dans ma classe, ça a quelque chose de rassurant. Je ne peux pas me souvenir depuis quand on se connaît. Dix, douze ans ? Depuis l’école primaire au moins. Je sais que le quitter en juin va être dur, alors j’essaie de ne pas trop y penser.
L’autre jour, en rentrant à la maison, j’ai entendu des cris. Quelque chose se briser sur le carrelage. Je suis ressorti sans bruit. Manon est rentrée du collège, alors je l’ai emmenée au cinéma.
Je crois que Maman a découvert que Papa recommençait.

23 Octobre. J’ai rencontré Amy. Elle est gentille, on passe de bons moments ensembles. J’aime bien avoir une copine, ça me donne une certaine crédibilité que je n’avais pas avant.
Mes parents ne se parlent plus. Quand l’un rentre dans une pièce, l’autre en sort. Je n’interviens pas, Manon non plus. On est habitués.

30 Novembre. Le temps est maussade et la température ridiculement basse. Je tuerais pour un peu de soleil.
Dans la maison, l’ambiance est de pire en pire. Je ne sais plus quoi faire. Je passe la plupart du temps dehors.
J’adore Amy, mais je sens bien que le temps que je passe avec elle énerve un peu Jordan. Je le comprends, ça ne se fait pas de le laisser en plan pour sortir avec elle. Je ne sais pas trop quoi faire non plus, je ne veux pas perdre un seul des deux.
Tout ça ne fait que tourner dans tous les sens dans ma tête, et c’est le pire mois de Novembre que je n’ai jamais vécu.

25 Décembre. Papa est parti fêter Noël ailleurs, et Maman pleure dans la cuisine. Je l’ai aidé à finir le repas et on a mangé en silence avec Manon et elle, feignant de ne pas remarquer ses yeux rouges.
Amy m’a envoyé une photo d’elle, assortie d’un « Joyeux Noël ». J’étais plus embarrassé qu’autre chose. C’était étrange.
Jordan est passé à la maison avec un cadeau pour moi. C’était une cravate assortie à ma veste de costume favorite. J’étais tellement content que j’ai failli l’embrasser. Heureusement que je ne l’ai pas fait, ça serait mal passé après le message d’Amy.
J’ai offert à Jordan la montre que je lui avais achetée. Il m’a dit que c’était celle qu’il regardait depuis des mois. Je lui ai répondu que je le savais.

28 Janvier. Amy et moi avons conclu. C’était étrange. Pas désagréable, mais pas aussi appréciable que prévu. Je me suis senti malade, après. Je lui ai dit que j’avais des choses à faire, et je me suis éclipsé. J’ai passé un coup de fil à Jordan, et il est venu à la maison. Il m’a dit de me calmer, et on a parlé une bonne partie de la nuit. Je me suis réveillé avec son bras posé sur mon ventre.

3 Février. J’ai rompu avec Amy. Quelque chose s’était brisé, je n’arrive pas à l’expliquer. Un poids s’est soulevé de ma poitrine quand je l’ai fait.
Papa ne se cache plus vraiment. S’il ramenait ses amantes à la maison ça ne ferait pas de grande différence. Maman a souvent les yeux rouges. J’en veux beaucoup à mon père pour ça.

7 Mars. Maman et Papa nous réunissent autour de la grande table du salon, celle dont on ne se sert que quand on a des invités. Maman prononce du bout des lèvres le mot divorce. Papa baisse les yeux. Il n’est même pas honteux, il veut juste que cette affaire soit vite réglée. Manon part en courant dans sa chambre. Je serre la mâchoire. « C’est sûrement mieux comme ça » prononcé-je entre mes dents, et puis je vais sonner chez Jordan. Il m’aide à accuser le choc. C’est ce qu’il a toujours fait. Il me conduit dans sa chambre, me tend une boîte de mouchoir, me file un coussin contre lequel cogner. Quand je suis calmé et presque écroulé de fatigue, il murmure à mon oreille « Moi, je serais toujours là. Je ne vais nulle part », et puis passe sa main dans mes cheveux. C’est mon dernier souvenir. Je crois qu’un léger sourire s’est formé sur mes lèvres.

18 Avril. Mon père finit de mettre ses affaires dans des cartons. Il s’est excusé auprès de ma mère. Au lieu de fondre en larmes comme je m’y attendais elle lui a mis une baffe, et puis l’a pris dans ses bras. Je l’ai entendu lui dire doucement « ne refais pas les mêmes erreurs ailleurs », et puis il est parti avec ses derniers cartons sous le bras. Quand Maman s’est retournée elle avait un air impassible sur le visage, et m’a demandé pourquoi je la fixais. Je lui ai répondu que je n’en faisais rien, et je me suis sauvé.
J’ai rejoint Jordan au parc dinas lequel on se voyait quand on était enfants. On avait évité le sujet jusqu’ici, mais je voulais qu’il me dise pourquoi il m’avait murmuré ce qu’il m’avait murmuré ce soir-là. Il a replié ses jambes contre lui, ses baskets grises sur le banc en bois, et a commencé à parler.

16 Mai. J’ai mis plusieurs semaines à assimiler ce que Jordan m’avait dit. Encore plus long à le comprendre. Mais je m’expliquais à présent ses mots, et, plus important encore, les miens.
Je m’expliquais pourquoi ça n’avait pas fonctionné avec Amy. Je m’expliquais pourquoi j’avais souris au lieu d’être gêné quand il avait passé sa main dans mes cheveux, et pourquoi l’inverse s’était passé avec la photo d’Amy.
Et je m’expliquais pourquoi j’enfourchais mon vélo pour pédaler comme un fou chez Jordan, et lui faire part de tout ce que j’avais compris.

3 Juin. J’ai décidé d’en parler à ma mère. J’ai invité Jordan à manger à la maison, et à la fin du repas j’ai pris sa main. Manon nous a regardés avec des yeux ronds, Maman a souri avant de se lever pour sortir une bouteille de champagne du frigo. « Il était temps », nous a-t-elle juste dit.
On est allé voir Papa à sa nouvelle adresse, Jordan et moi. C’est une grande brune très jolie qui nous a ouvert. Elle nous a dit qu’il n’était pas là, puis nous a claqué la porte au nez quand on a demandé plus de détails. On a attendu devant le porche, assis dans l’ombre, et la nuit est tombée. Sous la lumière jaunâtre des lampadaires, j’ai vu mon père arriver. C’est Jordan qui l’avait repéré, il m’a donné un coup de coude et j’ai levé les yeux. Sauf qu’il n’était pas seul, il tenait par la taille une silhouette aux longs cheveux roux. Je n’ai pas voulu rester. Je me suis levé, et Jordan m’a suivi un instant plus tard. Je suppose que certaines choses ne changent jamais vraiment. Le pire, je crois, c’est que je ne savais pas qui accuser. Mon père et sa tendance à tout vouloir obtenir ? Ma mère, qui n’arrivait pas à décider si oui ou non il en valait la peine ? Ou les autres femmes, charmant mon père jusqu’à en briser ma famille ?
Mais Jordan m’a jeté un regard avec une attention inquiète que j’étais sûr de ne jamais avoir remarquée chez lui, et j’ai su que je n’avais pas besoin d’accuser qui que ce soit.

 

Pseudo-auteur : Jude

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s