Traversée extraordinaire


J’étais coincée… enfin presque… Une lourde porte dégageant un épais nuage de poussière s’était abattue derrière moi, fermant à jamais ma seule issue.
Mais pourquoi avais-je eu l’audace de m’aventurer dans ce temple perdu quelque part dans cette jungle sauvage et effrayante.


Ne pouvant plus reculer, je n’avais d’autre choix que de continuer à m’enfoncer dans cette antre terrifiante. Le sol mêlait une poussière étouffante et du sable jaunâtre sous mes pieds.
Je n’eus à faire que quelques pas et je me retrouvais déjà face à un premier obstacle : un escalier.
Un escalier peut vous paraître banal et généralement ne suscitant pas de peur ; mais celui-ci était vieux… très vieux. Des années sans passage, marquées par les toiles d’araignées confortablement installées, je discernais à peine le bois des marches recouvert par cette même poussière. Je mis un pied sur une première marche. Mon pas léger fut accompagné d’un grincement. Mon coeur se serra.
Je retirais mon pied de suite. Je jetais un regard par dessus mon épaule. La porte était toujours fermée. Ça ne coûtait rien de regarder. Je n’avais pas le choix. Retenant mon souffle, je posais de nouveau mon pied sur la marche, puis le deuxième suivi. Je sentis la marche s’affaisser mais elle ne céda pas. Je souris. Je continuai ainsi, hésitante, les bras à l’horizontale cherchant un équilibre ou
une certaine légèreté afin que le sol ne se dérobe pas sous mon poids.
Je poussais un cri de soulagement lorsque mon pied droit atteignait la dernière marche. J’essuyais la goutte qui perlait sur mon front. Je fermais les yeux. Mon coeur reprenait un rythme plus serein.
Je m’avançais dans un couloir baigné par la lumière du jour. Je voyais au loin l’entrebâillement d’une ouverture… sans porte. Une pensée me traversa l’esprit. Et si celle-ci se refermait ? Je pressais le pas. Le battement de mon coeur se faisait derechef plus fort.
Ce fut comme si une main venait me serrer l’estomac quand j’aperçus dans cette nouvelle salle un vide immense et ce grand pont de bois le traverser. Je crus même m’évanouir en discernant de la lumière immerger de l’autre côté. La sortie !
J’examinais un instant la situation. Je ne pouvais pas imaginer les lignes du sol se dessiner, le trou était profond… très profond. Je relevai les yeux sur le pont. Son piètre état ne pouvait être comparable à l’escalier. Je me demandais ce qu’il attendait pour s’effondrer. Peut-être moi. Je n’avais pourtant pas le choix, je devais sortir de cet endroit hostile. Je commençais donc ma traversée. Mon
équilibre fut mis à rude épreuve. A chaque pas, le pont tanguait de gauche à droite puis de droite à gauche. Je me retenais tant bien que mal sur une corde faisant office de rampe. Sans trop prendre appuie dessus en raison de son état peu rassurant. Sous moi le bois craquait, grinçait… Mon pas était lent et hésitant. J’arrivais au bout mais une planche céda, mon pied droit fut englouti, je plongeais en avant, la tête la première afin de ne pas tomber dans ce vide ténébreux. La lumière du jour m’éblouit, mais ma chute me parue sans fin. J’avais songé heurter le sol dur et stopper net ma chute.
Il n’en fut rien. Je heurtais bien une surface dure mais celle-ci était inclinée et descendait à pic. Je dévalais, glissais sur une sorte de toboggan durant plusieurs minutes. Je me protégeais la tête en pensant à l’arrivée. Cela ne rata pas. Mon arrivée fut fracassante. Je glissais sur plusieurs mètres dans de l’herbe…
– Lola ! On y va, on rentre à la maison !
– Ooh Maman… On reviendra jouer au parc demain ?
– Oui bien sûr
– Et je pourrais encore faire du toboggan ?

 

Pseudo-auteur : Maka Mina

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s