L’accusator


«J’accuse!» disait-il avec empressement au fond de sa cellule. Hier cet homme est mort impunément sur une chaise, malgré tout le confort qu’elle pouvait lui procurer, et ce devant les yeux des philanthropes velléitaires.

Il s’est ensuite avéré que ce dernier était innocent, mais ce fut trop tard : le courant ne passait déjà plus entre l’accusé et ses détracteurs, ils avaient réussi à lui faire avaler un meurtre de force. De plus, papiers et encres se sont acharnés et ont accentué cette barbarie.
Pendant que reposait ce corps chaud de la veille, le coupable quant à lui, accusait l’univers et rejeté ses péchés sur lui : « Le monde m’a modelé à son image comme le christ l’a fait avec ses enfants. » s’écriait-il. Avant d’ajouter :« mes erreurs lui appartiennent. » Avec cet être, l’enfer c’était toujours les autres comme le scandait d’ailleurs un célèbre accusateur humaniste.
S’il avait la capacité de percevoir le ciel à nouveau, notre accusé, du haut de sa petitesse d’esprit, aurait un reproche, un seul à adresser, et ce serait à l’Homme : il fustigerait ce qu’il a toujours été et ce qu’il n’a jamais voulu devenir ; il lui reprocherait ce qu’il a toujours su mais qu’il n’a jamais voulu regarder en face : la vérité.

 

Pseudo-auteur : Café-Coton

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s