Eclore


Il fait noir. J’ai les yeux fermés mais je le sens qui imprègne chaque parcelle de mon corps. Il glisse sur ma peau comme de l’eau, coule dans mes cheveux, mon dos, mon torse. Je plonge dedans avec délice et son silence m’enveloppe. Je savoure son goût piquant, voire âcre. Cette douce armure me protège du reste. De mes compagnons de route qui se reposent derrière et des autres qui me rejoignent. Nous sommes prêts à repartir. Mais pour le moment, l’espace d’un court instant, je profite d’un peu de répit avant de partir à l’assaut.
Je suis seul dans le manteau de mes paupières baissées.
Mes cils caressent mes pommettes, la chaleur mon visage et je deviens autre. Quand mon dernier compagnon passe la lourde barrière qui nous séparait jusqu’alors, c’est à mon tour de la franchir. Je bondis.
Je jaillis.
Le sol semble gémir sous mes jambes souples. L’air semble vibrer à mon entrée dans l’action. Mes compagnons m’encouragent de loin. Ils restent cachés … embusqués.
Le temps se suspend. L’étonnement. La surprise.
Une seconde.
Deux.

Je jaillis là sur cet espace qui soudain me paraît immense. Trop grand pour ce combat à mener … un combat contre tous ces regards à affronter, contre le chemin à suivre, contre la liberté à trouver, malgré tout. Contre moi-même. J’ouvre les yeux en grand et d’un coup. Je suis aux yeux de tous : vulnérable, sans défense et le seul moyen de m’en échapper est d’avancer. Progresser. Affronter. Continuer sans oublier ces paroles qui me libèreront. Je fais quelques pas. Je ne dois pas abandonner. Mes pieds sont nus, mes vêtements simples et malgré le
danger certain, malgré la peur qui m’habite, me dévore, malgré la fragilité de l’instant cela est beau et bon et harmonieux. Je rentre complètement en moi-même pour en expulser un fragment. Je me débarrasse de celui-là avec fougue et énergie, finesse et subtilité, avec joie, avec sincérité. Il me faut me battre.
Avancer.
Réussir.
Je plonge au coeur même de l’affrontement.
Alors oui, il y a le danger et la fragilité et les mots. Il faut que j’exprime que j’expulse que j’exalte. Il faut que je suive le plan pour parvenir de l’autre côté. Alors oui il y a tout ça à la fois, ce poids sur mon petit coeur palpitant. Mais en moi, tout au fond de moi, je sens un sourire. Un sourire éclatant et dévastateur. Mais un sourire n’a pas besoin d’apparaître pour irradier de son immense pouvoir un homme heureux.
Je suis exposé et vulnérable, éreinté, vidé, mais heureux, motivé, courageux, ambitieux, flamboyant. Alors mon énergie redouble et se déploie autour de mon corps tendu. Mes pas martèlent le sol et virevoltent au rythme de ma voix qui n’a qu’à s’envoler. Petite voix libérée de sa cage de chair. Grande voix magistrale d’un auguste soldat.
Ce moment est difficile, éreintant. Il est pourtant vrai. Je suis autre et en fusion avec mon âme. Je suis autre et plus sincère que jamais. Je suis infiniment bien, là, à courir et danser et bondir et voler et tourbillonner vers cet autre côté. Je germe et j’éclos et fleuris, resplendis.
Cet autre côté je le désire et le redoute. Cet autre côté signifie réussite. Cet autre côté signifie fin. La fin d’un instant éternel. J’atteins l’autre côté. Décousu, déchiré, lacéré.
Alors je ferme les yeux à nouveau. Le noir.
Le vide.
La sérénité.
Et un flottement entre avant et maintenant. Un flottement. Je reprends mon souffle, j’ai la langue sèche d’avoir dit, j’ai le corps engourdi de m’être tant donné. Je reprends mon souffle et le noir s’est fait maintenant derrière moi, je crois que j’ai gagné.
J’ai gagné.
Alors la lumière inonde tout.
Je souris.
Et les applaudissements déferlent.
Rideau.

Pseudo-auteur : PoussinGourou

Publicités

5 réflexions sur “Eclore

  1. Magnifique ! Et quelle belle chute !
    J’aime beaucoup, mais je trouve qu’il y a juste quelques moments un peu ambigus…
    Mais 5/5, évidemment !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s