La Nature Humaine


Utopia. Été 3023.
Un bruit de pas qui s’effacent, un bruit de chute sourde contre le sol trempé de pluie. Une
détonation, une balle qui part. Un corps touché, un corps écroulé. Et un rebelle de moins se
félicitent ses bourreaux. Et un de moins, un qui part.

Enfin dans ces eaux silencieuses que sont le décès, la mort, les regrets. Encore un qui, ce soir,
partira larmes à la main. Pas l’arme en fer, pas l’arme qui blesse, pas l’arme en étain qui d’une
balle vous étreint dans la mort c’est certain. Non, celui-ci part les larmes à la main, les larmes
des remords, les larmes des accusations qui ne seront jamais dites, les larmes des morts. Les
larmes silencieuses. Les larmes précieuses. Ses yeux se ferment, son souffle s’amenuise et
c’est ici, au milieu des blés, que se dresse le tribunal des damnés. Et c’est au clair de cette lune
à demi-cachée que son corps se relève, comme tant de fois il l’a fait, dans cette singulière
lenteur propre aux Hommes lassés. Il fait face à l’audience dans son grand habit d’apparat, il
leur montre son visage angélique qui vient d’entrer dans l’éternité. Ses boucles flottent au vent,
ses lèvres sont légèrement entrouvertes tandis qu’il se racle la gorge. Il est un peu anxieux
mais qui ne le serait pas pour présenter ses dernières accusations. Il joint ses mains devant lui.
« J’accuse! » Lance-t-il seulement. La foule retient son souffle. Qui accuse-t-il ? Qui sera le
prochain damné ? « J’accuse », répète-t-il avant de continuer. « Notre société ! Notre
gouvernement ! Notre idéologie ! J’accuse tous ces gens bien pensants de nous manipuler ! De
vous utiliser à leur gré, sans que personne n’ose les contester ! J’accuse la nature Humaine
d’être traître ! D’être à double tranchant et à double visage ! J’accuse les grands de ce monde
de vouloir penser à notre place ! J’accuse la nature Humaine qui les a créé ! J’accuse cette
même nature Humaine de tout nier à coups de non ! J’accuse la nature Humaine de ne rien
regretter, de ne jamais rien demander ! J’accuse la nature Humaine de penser bien faire, sans
pourtant voir ses travers ! J’accuse la nature Humaine de nous tromper, et de jamais assez
essayer de se corriger ! J’accuse la nature Humaine de ne pas s’excuser du mal qu’elle nous
fait ! J’accuse la nature Humaine d’être notre créateur, nos envies, nos soucis, nos peines, nos
joies, nos amours et nos regrets. J’accuse la nature Humaine de causer notre perte. Et je
l’accuse, pour finir, de toujours nous mentir.  » L’audience se déchaîne tandis qu’il salue avant
de reculer, sa mort était prévue, comme celle de ses camarades. En ce soir d’été 3023, il put
enfin librement accuser ses bourreaux et créateurs, dans ce monde où personne n’avait le droit
d’accuser.

Pseudo-auteur : Arabesque

Publicités

2 réflexions sur “La Nature Humaine

  1. Super nouvelle en effet, surtout pour un niveau collégien, j’applaudis 🙂
    Avec quelques années d’écriture derrière moi je me permets, en toute modestie et humilité, je ne suis pas écrivain non plus, un conseil: essaye de ménager du suspense pour finalement finir sur une chute, c’est le but d’une nouvelle; surprends nous ! Mais toujours reste dans l’intensité que tu as su atteindre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s