Au-delà de soi…

Je m’enfonce dans la forêt bordant la petite route nationale, en courant à en perdre haleine, ne
sachant pas exactement quelle direction prendre. Je continue droit devant moi, les poumons en feu,
le coeur battant à tout rompre, la sueur perlant sur mon front. Il faut que je m’échappe à tout prix,
que je lui échappe, à cette silhouette noire indistincte qui se détache à l’entrée de la forêt.

Lire la suite

Alt.

Paul dit : « Tu ne viens pas avec moi. »
Ce n’était pas une question. Il ne voulait pas poser la question parce qu’il connaissait déjà la réponse
et qu’il ne voulait pas le reconnaître. Il ne voulait pas se dire que c’était fini et que Ian le renvoyait
comme ça, le visage inexpressif et les mots vide de sens.
« Dès que j’aurais réussi à ouvrir le portail, dès que j’aurais réparé la console, tu pourras partir. Tu
pourras rentrer chez toi, Paul, dit Ian, en évitant son regard.
— Sans toi.
— Sans moi. »

Lire la suite

Eclore

Il fait noir. J’ai les yeux fermés mais je le sens qui imprègne chaque parcelle de mon corps. Il glisse sur ma peau comme de l’eau, coule dans mes cheveux, mon dos, mon torse. Je plonge dedans avec délice et son silence m’enveloppe. Je savoure son goût piquant, voire âcre. Cette douce armure me protège du reste. De mes compagnons de route qui se reposent derrière et des autres qui me rejoignent. Nous sommes prêts à repartir. Mais pour le moment, l’espace d’un court instant, je profite d’un peu de répit avant de partir à l’assaut.
Je suis seul dans le manteau de mes paupières baissées.
Mes cils caressent mes pommettes, la chaleur mon visage et je deviens autre. Quand mon dernier compagnon passe la lourde barrière qui nous séparait jusqu’alors, c’est à mon tour de la franchir. Je bondis.
Je jaillis.
Le sol semble gémir sous mes jambes souples. L’air semble vibrer à mon entrée dans l’action. Mes compagnons m’encouragent de loin. Ils restent cachés … embusqués.
Le temps se suspend. L’étonnement. La surprise.
Une seconde.
Deux.

Lire la suite

Cap l’avenir

Ça y est. Tina s’élance. La traversée extraordinaire a commencé.
Elles sont des centaines à courir aussi vite qu’elles le peuvent vers l’horizon. Cap l’océan, qui
n’apparaît pas encore au loin mais qu’elles savent présent. Comme une promesse. De bonheur, de
découverte, d’aventure !
Elles forment une marée d’adolescentes qui descend à la mer. Que c’est beau ! De voir les
sourires qui fendent leur visage malgré l’effort, d’entendre le chant de leur course, la litanie de leur
pas qui martèlent le sol.

Lire la suite

Lettre à un traître

Je t’écris aujourd’hui comme j’écrirai à un ancien ami
Je me demande où tu peux te trouver aujourd’hui
C’est pour ça qu’ au dos de mon courrier j’ai inscrit plusieurs adresses
Peut-être même qu’en ce moment tu fais preuve de tendresse
Auprès de certains, je n’en doute pas
Pour mieux les meurtrir lorsqu’ils ne s’en doutent pas

Lire la suite

Le Falj

Quand Sam entra, un lourd silence frappa l’auberge des deux ponts. Il avança et s’assit
sur une table vide, observé par les habitués qui regardaient son drôle d’accoutrement du Nord.
Il examina la taverne: miteuse et pleine de crasse, un sol en planches craquantes dont une
odeur de putréfaction sortait des nombreux trous causés par la pourriture. Les murs et le
plafond pleins de suie de la grande cheminée qui ne réchauffait et n’éclairait même pas la
pièce entière. Sur sa droite, une table était occupée par un groupe de trois brigands tout en
noir, le foulard encore sur le nez.

Lire la suite

Le canoë

Prostrée, agenouillée devant la rivière, Lucie pleure les yeux fermés. Telles des fleurs qui
ferment leur cœur, les pleurs de Lucie se cachent derrière ses paupières closes. Lorsqu’elle rouvre
les yeux, le monde qui l’entoure est en noir et blanc. Les couleurs qui donne à la vie tout son
charme se sont enfuies. Les goutes de pluies lui martèlent le crâne.
!
Lucie avait une chevelure à faire rougir Aphrodite et faire pâlir le soleil.

Lire la suite

Monopoly

« -Grouille-toi, Jules, bon sang on va se faire attraper!
– J’arrive, Marco, j’arrive. »
Jules, c’est moi, et Marc c’est mon frère. Il est plus vieux que moi. Aujourd’hui, il exige que je l’appelle Marco parce qu’il trouve que ça fait plus « gangster »et que c’est plus approprié à la situation. Moi, je ne sais pas trop mais il a sans doute raison. D’habitude, il ne fait rien avec moi, il dit qu’il s’ennuie et que je suis vraiment trop naïf, trop gentil, trop… Pourtant, tout à l’heure quand je lui ai proposé ma fabuleuse idée, il a été impressionné. Oui, moi Jules, j’ai réussi à impressionné Marc. Marco, je veux dire. Bien sûr, maintenant, c’est lui qui prend les commandes de l’opération Banco (encore une idée de Marc), mais je m’en fiche tant qu’il accepte que je le suive tout le long de la traversée.

Lire la suite

Errance

“A m’asseoir sur un banc 5 minutes avec toi, et regarder les gens tant qu’il y en a, te parler du bon temps qui est mort qui reviendra…” voici les paroles d’un classique de la variété française qui défilaient sur du gaz moutarde émanant de la gueule du brave ivrogne, elles réussirent à me faire ouvrir à moitié mes jolies petits yeux bridés -eh ouais-, ce qui semble impossible. Malgré ma vision qui se détériorait avec l’âge, j’aperçus un court instant cet ivrogne qui s’était soudainement arrêté de chanter, il était allongé près de moi, avec une noble bouteille de Bordeaux presque vide à la main. Je ressentis à ce moment là un choc, une petite douleur située à l’arrière crâne, comme si je m’étais cogné la tête après une chute.

Lire la suite

Plume

Je marchais, seul, sur le rebord de mes pensées. Le chemin est escarpé, pas très bien formé, mais une balade y est agréable. Le vent brossait mes longs cheveux, une douce brise, qui avait le parfum des souvenirs oubliés. Je tapais dans un petit caillou, qui roulait sans fin sur son tapis de gravier, et se noyait dans une flaque, miroir du ciel. Le soleil inondait le sol de son voile de lumière et les fleurs regardaient, pétales grands ouverts, les nuages blancs se baladant sur le fil du temps. Quelques oiseaux dansaient autour d’un vieux chêne, qui susurrait une chanson douce. Et je marchais sans fin, sur cette route, résumant le simple cours de ma vie, suivant le temps d’un pas mal assuré.

Lire la suite