Jacques use de ses charmes


Si Jacques aime que ruisselle le long de sa trachée la lave incandescente du premier whisky. S’il apprécie la détente que lui procure le second, et l’euphorie qui suit les suivants, il s’arrête toujours avant que ses idées se mélangent, et que l’alcool l’étourdisse. S’il ne voit aucun intérêt à se défaire de son libre arbitre, il sait détecter les navires à la dérive et s’octroie le devoir d’en prendre les commandes.

A la limite du naufrage, le vaisseau doit déjà avoir bien pris l’eau pour avoir le privilège d’être secouru. En outre, le beau secouriste aux yeux bleus ne prendra pas la peine de se mettre à l’eau pour un simple bateau de plaisance. S’il plonge, c’est pour un paquebot !
Une fois, l’embarcation repérée, quelques regards intenses, et quelques compliments suffisent généralement à convaincre le capitaine ivre de céder les commandes à ce bel inconnu. Parfois, le brancardier doit encore offrir quelques verres au capitaine qui n’est pas encore prêt à s’abandonner entre ses mains. Si par malheur, un capitaine reste fidèle à sa barre, et refuse ses avances, alors jamais il n’insiste (ou si peu), car notre homme à des principes. Cependant, il est rare qu’il essuie des refus. Il faut dire, que celui-qui-se-veut-sauveur sait choisir ses cibles, et qu’il ne se trompe pas souvent.
Le gouvernail en main, il prend alors le contrôle du navire tout entier. L’ex-capitaine, à demi-inconscient, laisse Jacques emmener son épave là où il le souhaite. Alors qu’il emmène le bateau au large, la naïve pense qu’il l’aide à atteindre le rivage. Bercée par le flot de ses beaux discours, et par la sécurité que lui promettent les grandes mains chaudes et rassurantes de Jacques, elle se laisse emportée. Puis, petit à petit les effets de l’alcool s’estompent, et la balade en barque semble de moins en moins agréable. Encerclée par les eaux sombres et houleuses, elle comprend son erreur, mais il est trop tard. Elle n’est plus son propre capitaine. Elle a perdu le contrôle. Inutile alors de se débattre, de crier. Il est trop tard. Elle est prise dans ses filets.
De cette rencontre la proie de Jacques n’en a pas beaucoup de souvenirs. Seules quelques images, quelques phrases lui reviennent comme des bribes de cauchemar dont même le réveil ne parvient pas à faire disparaître. Du ravissant navire d’autrefois il ne reste que quelques débris souillés. Se croyant responsable de son propre naufrage, il lui faudra des années pour refaire confiance à quelqu’un d’autre, et surtout pour reprendre confiance en elle.
Si pour sa victime, cette soirée restera ancrée dans sa mémoire jusqu’à la fin de ses jours, pour Jacques il s’agit d’une soirée comme une autre. C’est son quotidien. Voilà ce que Jacques fait pour se divertir. Jacques use de son intelligence et de son charme pour manipuler et trahir la confiance de ces jeunes femmes, qui dans un moment de faiblesse, troublée par l’ivresse se noient dans l’océan bleu de ses yeux.

Pseudo-auteur : Billye

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s