Mon dernier voyage


Allongée sur mon lit, je regarde les derniers rayons du jour jouer entre eux au-delà de la
grande forêt brune. Je les aperçois sans vraiment réussir à les distinguer au travers du voile qui
recouvre mes jeunes yeux. Je suis si fatiguée, si faible, si atténuée que même mon coeur n’arrive
plus à battre normalement. Quelle sensation horrible de sentir la vie s’enfuir sans pouvoir la
rattraper !
Je détourne mon regard de l’extérieur pour que la lune naissante ne voit pas les larmes rouler
sur mon visage. Mon corps se fait soudainement lourd, comme si du plomb avait remplacé le sang
dans mes membres, et presque malgré moi, je ferme les yeux. Juste quelques secondes. Mais
quelques secondes de trop car, sans le remarquer, j’ai quitté ce monde avant même d’avoir su ce que
la vie vallait vraiment.

Quand je rouvre les yeux, je me trouve dans un bateau au côté d’un étrange homme aux
cheveux blonds ornés de plumes arc-en-ciel. Il tient dans sa main les rames de notre embarcation et
regarde au loin, comme si l’infini se trouvait au bout de ce fleuve. Il ne détourne aucunement les
yeux de son objectif invisible, et pourtant, je sais qu’il a senti que j’étais réveillée mais je n’y fais pas
attention plus longtemps.
Curiose, je me penche pour observer l’eau en dessous de moi. Elle arbore une magnifique
robe violette qui scintille sous lalumière céleste et qui se mouve élégament sous le bois de notre
bateau, autour des pierres que nous rencontrons, sur les quelques brins d’herbes verdoyants qui
frôlent sa surface. On dirait un ballet dont le silence serait la seule musique.
Tout autour de moi s’élèvent des arbres majestueux aux feuilles aussi colorées que la coiffure
de mon mystérieux capitaine sans visage. Du rouge, du jaune, du orange, du bleu…. Nulle couleur
ne semble avoir été oubliée dans ce tableau vivant qui m’emplit de joie pour la première fois depuis
des années. Années dont je ne réussis plus à me souvenir. La souffrance, la maladie et la peur ont
disparu en même temps que ma vie et pourtant, je n’ai jamais été aussi vivante.
Un vent froid vient caresser mon visage, ammenant avec lui une odeur de soleil, de rosée et
de fleurs à peine éclose. Il y a longtemps que je n’avais pas senti telles effluves. Euphorique, je me
mets à tourner sur moi-même sans tenir compte de rien ni de personne. La liberté me tend les bras
comme un ange étendrait ses ailes pour s’envoler. Et aujourd’hui, je suis cette ange. Je suis cet être
surnaturel qui va pour la première fois vivre au travers de l’ombre de la mort. N’est-ce pas ironique
comme situation ?
Le bateau ralentit et s’arrête au bord d’une rive qui semble marquer la fin du fleuve. Devant
moi, une plaine sans fin s’étend à perte de vue et instinctivement, je descends. Mes pieds nus
atterissent sur un matelas d’herbe qui s’affaisse légèrement sous mon poids et j’étends les bras vers
le ciel comme si je voulais me prouver à moi-même que j’y étais bien arrivée. Ma conscience, ou
peut-être même mon âme, me crie d’être heureuse car je suis passée de l’autre côté.
Cette simple pensée me redonne toute mon énergie et je me mets à courir au milieu des
hautes herbes qui me fouette délicatement les jambes. Des oiseaux et des papillons s’envolent sur
mon passage. Des cerfs et des biches sautillent autour de moi. Le chant de la nature me souhaite la
bienvenue. Pleine de joie, je me laisse tomber sur le dos pour observer mon paradis et ferme les
yeux. Je n’aurai plus jamais peur à présent.
Qui aurait cru que la mort pouvait être si douce ? Qui aurait cru que la mort pouvait être si
belle ? Qui aurait cru que la mort pouvait être si merveilleuse ? Qui aurait cru que la mort pouvait
être si calme ? Qui aurait cru que passer de l’autre côté serait si magnifique ? Qui aurait cru que
mon dernier voyage serait une traversée extraordinaire ?

 

Pseudo-auteur: Elley O’Connor

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s